Touché, coulé

Touché, coulé

« Je coule, ce n’est pas une blague » voilà les derniers mots de Kevin Escoffier avant de quitter son bateau Imoca en fibres de carbone.

Le vendée globe, course à voile mythique réservée aux professionnels est un événement qui met en lumière les dernières avancées technologiques et le travail de passionnés du monde de la voile.
Le départ se fait des sables-d’Olonne, les coureurs font le tour de l’Antarctique en laissant sur bâbord (à leur gauche) les trois caps que sont le cap de Bonne-Espérance, le cap Leeuwin et le cap Horn.
Cette course est une magnifique épreuve de détermination sur le plan personnel et technique. La course se fait en solitaire sans escale, ni assistance.

L’édition 2020 a été marquée par un événement majeur: la casse du monocoque en fibres de carbone IMOCA du navigateur Kevin ESCOFFIER, professionnel expérimenté.

Cette casse a du être spectaculaire de part la nature du matériau et la taille du bateau.
Cet incident aurait pu couter la vie au navigateur.
Le bateau, non biodégradable se retrouve au fond de l’eau et aura un impact environnemental certain.

Nous pouvons donc nous questionner sur le pourquoi, le comment et tenter de trouver des solutions pour éviter des mésaventures similaires à des navigateurs isolés qui n’auront peut être pas la chance d’avoir un staff à leurs côtés.

La fibre de carbone s’est invitée dans le nautisme dans les années 90 , suite logique des avancées aéronautique et automobile.
Les propriétés du matériau permet de relever des défis sportifs et de proposer une nouvelle façon de naviguer. Les foils permettent aux bateaux de quasiment voler au dessus de l’eau.

Toutefois, la fibre de carbone est un matériau complexe que nous continuons de découvrir au fil des utilisations et expérimentations.

Kevin ESCOFFIER et son équipementier ont peut-être fait les frais d’une approximation qui aura des impacts réels sur le plan environnemental, économique et psychologique.

Le bateau a été construit en 2009 et à vécu une série d’événements pendant une 10aine d’années avant de prendre le départ du Vendée Globe 2020.
Ce même bateau avait percuté une bouée métallique au large du Brésil en 2012.
Et la quille avait été endommagée après un choc avec un ofni (objet flottant non identifié) en 2016.
C’est le lundi 30 novembre 2020 qu’il sombre dans les eaux à 14h46.

Ce naufrage, nous questionne sur les enjeux de sécurité et de contrôle des embarcations.
La fibre de carbone est un matériau cassant. Les micros fissurent parfois non perceptibles, peuvent provoquer des casses en cas de forte contraintes.
Le bateau avait-il été réparé après ses premiers chocs ? Quel était le protocole de réparation ? Des contrôles d’inspection du matériau avaient-ils été menés depuis ?
Autant de questions qu’un utilisateur d’un objet en fibres de carbone doit se poser avant une utilisation intensive.
Le retour d’expérience étant la clef d’une bonne compréhension, le retour de Kevin ESCOFFIER sur les circonstances de la casse permettrait d’éclairer les navigateurs sur des signes avant coureur d’une casse. Avait-il entendu des bruits ? Le comportement du bateau était-il stable avant l’événement ?

L’autre sujet majeur que renvoie cet incident est la question environnementale.
La fibre de carbone se démocratise mais le schéma de valorisation tarde à se structurer.
Notre organisation est approchée par certaines entreprises mais elles n’ont pas de budget sérieux à consacrer à ce sujet.
Les instances gouvernementales, n’ont pas une conscience éclairée de la thématique et ne flèche à ce jour aucun budget pour accompagner les entreprises.
Le bateau de Kevin ESCOFFIER sera t-il repêché pour expertise ? Quelles seront les conséquences du matériaux et des résines sur les organismes marins ?

Un changement de cap est indispensable pour éduquer nos enfants avec une vision plus claire permettant de guider leurs futures prises de décisions.

Mettre en place des programmes d’améliorations continue au sein des organisations au contact de la fibre de carbone est l’une des voies pour éviter ce genre d’accident.

Notre équipe souhaite apporter un soutien sincère à Kevin ESCOFFIER qui a du vivre une expérience traumatisante qui aura probablement un impact fort dans sa vie future.

Un message à nous laisser ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *