Faire du traitement de la fibre de carbone, une priorité politique

Faire du traitement de la fibre de carbone, une priorité politique

La France s’affiche depuis peu comme le premier de cordée des pays engagés dans la transition écologique.
Tout a commencé en décembre 2015 lorsque la COP21 se tenait sous pavillon Français.
François Hollande, alors Président de la République, avait manifesté sa détermination à mener la lutte contre le réchauffement climatique.

Son successeur, Emmanuel Macron, n’a pas cherché à se départir du costume de leader de la cause environnementale taillé par son successeur.
Bien au contraire. Celui qui n’avait pas démontré d’appétence particulière sur le sujet durant la campagne présidentielle, n’a eu de cesse de réaffirmer le rôle que la France doit tenir dans le concert des nations.
Il a eu l’occasion de déclarer dans une récente interview que la protection environnementale était sa priorité.
A travers ces Présidents de la République, c’est la voix de la France qui clame haut et fort un message de responsabilité en exhortant les autres pays à prendre part au défit collectif auquel nous faisons face.

En tant qu’association qui œuvre en faveur du développement durable, nous ne pouvons que nous réjouir du rôle que la France joue et des ambitions qu’elle porte.
C’est à la fois une chance et une obligation. Nous sommes aujourd’hui regardés comme la référence en matière d’écologie.
Nous impulsons des idées et fixons des objectifs.
Si nous avons le privilège d’imposer le rythme, nous avons, en contrepartie, la lourde tache de ne pas décevoir.
C’est pourquoi nous alertons les pouvoirs politiques, sur le domaine que nous maitrisons, qui est celui du traitement écoresponsable des déchets en fibre de carbone.
En l’espèce, la France a un retard considérable à rattraper sur ses voisins européens qui recyclent leurs déchets composites dans des usines spécifiques.
La France est l’un des plus gros consommateur au monde de fibre de carbone que l’on retrouve dans des secteurs industriels tels que l’aéronautique, l’automobile, la robotique, ou encore l’équipementier sportif. Pour autant, les solutions de traitement et de réemploi des déchets en fibre de carbone ne sont pas exploitées.
En tout cas pas à la hauteur de ce que la production française nécessiterait.
Il devient donc urgent d’agir, au regard du rang que tient la France, pour que les volumes colossaux de déchets ne soient plus simplement stockés ou enfuis sous terre.
Recycling Carbon se tient évidement à la disposition des pouvoirs publics pour travailler en ce sens.

Un message à nous laisser ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *